Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 18:24

 

Les Scouts et Guides Catholiques de France :

 

En 1980, il y avait une multitude de petites associations scoutes traditionnelles : Les Scouts Notre Dame, les Scouts et Guides Saint Louis, l'Institut Sainte Croix de Riaumont, les Cadets de France, le Groupe Sainte Marie de Bourg la Reine, le Groupe Saint Michel... En effet, même si le scoutisme est pratiqué de la même manière, elles se différencient de peu au niveau de leur position vis à vis du nouvel Ordo Missae et de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X. Ces associations regroupent généralement très peu d'unités ou de groupes, et vivent pour la plupart proches de leurs paroisses, mais éloignées les unes des autres.

 

Concernant les Scouts Saint Georges, et à la fin des années 1980, on recense des groupes sur Paris, Nantes, Moissac, Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Saulx les Chartreux, Reneins, Nice, et bien d'autres encore dans toute la France. Le clan des Scout de France 115ème Paris anciennement «étoile du berger» du secteur Notre Dame était Scouts Saint Georges et le mouvement atteint près de 1500 effectifs.

 

La mise en application du nouveau rituel de la messe vient rapidement créer des tensions au sein de l'association des Scouts Saint Georges auxquelles s'ajoutèrent des querelles de personnes. La différence entre les deux partis se fait de plus en plus évidente : d'un côté ce qui suivent le mouvement traditionaliste, et de l'autre le Concile Vatican II. Souvent, les traditionalistes sont confondus avec des termes inappropriés que les groupes non traditionalistes de ce mouvement ne peuvent supporter. C'est pour cela que certaines troupes commencent à rejoindre les Scouts Unitaires de France, plus intéressés par leurs propositions. Très rapidement, une scission se produit entre les partisans du nouvel Ordo et ceux traditionalistes. Forte du soutien de Riaumont qui les suivent, Irène Rivièrechoisit le deuxième camp. Une assemblée générale constitutive se tient le 26 avril 1980, avenue des Ternes à Paris, immédiatement suivie de la réunion du Comité Directeur provisoire : Président: H.Montalbetti ; secrétaire: I. Rivière ; trésorier: Jean Cordel ; membres: Père Crespel, Louis Faurobert, G.Flura, Roger Hédouin, Michel Maurice, Paul Rigal.

 

 

Le 12 juillet suivant, I. Rivière, Montalbetti et le Père Revet, établissent la charte de la nouvelle association qu'ils viennent de créer et à laquelle ils donnent le nom de «Scouts et Guides Catholiques de France». En octobre 1980, les unités constitutives sont les suivantes : le groupe de Riaumont, le groupe de Mantes la Jolie, le groupe du Wagram près de Paris, plus quelques isolés et des embryons de patrouilles libres de la Fédération des Scouts d'Europe qui les rejoignent ( Bourg la Reine, Aix en Provence, Toulon, Deuil la Barre, Château Thierry).

 

L'aventure de ce nouveau mouvement se poursuit non sans difficultés. En effet, initialement intéressées par sa démarche traditionaliste, certaines unités indépendantes ou issues des associations déjà existantes, se récusent après les premiers contacts, comme certains groupes indépendants ou des unités des Scouts Notre Dame. Pourtant la formule des groupes associés, création originale du mouvement et auxquels plusieurs groupes se sont rapidement construits est bien organisée et relativement pratique. D'un autre côté, certaines unités des Scouts Saint Georges rejoignent les Scouts et Guides Catholiques de France, comme celles de Riaumont près de Lens.

 

IMG_0002.jpg

 

Les débuts sont donc plutôt difficiles, mais peu à peu une structure très lâche et respectant l'autonomie des groupes sans les habituels écrans du district et de la province, se met en place. Les effectifs croissent lentement, mais l'Équipe Nationale se plaît à répéter qu'elle ne recherche pas les gros bataillons au prix de concessions sur le rite tridentin de la messe ou sur la conception du scoutisme catholique, véritable ordre laïc tel que le voulut le Père Sevin. Cette spécificité est le gage de la confiance que lui accordent les parents.

 

Dès 1981, les Scouts et Guides Catholiques se prennent un procès par les Scouts de France qui sont aidés de la Fédération Française du Scoutisme. Ils leur reprochent que le nom de leur association ressemble trop à celui des Scouts de France. Aussi, ils ne veulent pas qu'ils utilisent l'insigne de la croix potencée, qui à été rajoutée en plus de l'insigne des Scouts Saint Georges.

 

L'association des Scouts et Guides Sainte Marie de Bourg la Reine du Père Morandiqui font partie des Scouts et Guides Catholiques de France dépose ses statuts en 1981.

 

Federation-Ordre-Scout.jpg

Une cérémonie, à la troupe de la FOS

 

L'année suivante, le chef de groupe du Wagram, Michel Olagnon décide de quitter la nouvelle association pour créer la sienne : les Scouts Godefroy de Bouillon avec alors à l'époque, qu'une vingtaine de membres. Sa raison personnelle est d'après lui, d'ordre pédagogique et doctrinale. C'est déjà la première scission chez les Scouts et Guides Catholiques de France. Il fonde des statuts plus proches de la Fraternité Sacerdotale saint Pie X qui ne sont pas mentionnés dans la charte de l'association qu'ils viennent de quitter. Cette division n'empêche pas les Scouts et Guides Catholiques de France d'augmenter leurs effectifs. En effet, ils voient plusieurs unités des Scouts Notre Dame et des Scouts Saint Georges les rejoindre, si bien que cette dernière association baisse à près de 1000 effectifs. Ils sont alors presque autant à cette date.

 

De leur côté, les Scouts Unitaires de France atteignent 10000 membres et la Fédération des Scouts d'Europe se disent environ 30000. Les Scouts de France perdent toujours des effectifs si bien que la totalité de leurs clans ne comptent environ plus que 1500 routiers. Les Scouts Saint Georges, malgré la création des Scouts et Guides Catholiques de France augmentent encore en effectifs, mais la pédagogie ressemble de plus en plus à celle des Scouts Unitaires de France, si bien qu'on n'en voit presque plus la différence. En effet, les groupes désirant la messe traditionnelle rejoignent pour la plupart les Scouts et Guides Catholiques de France.

 

Alors que la majorité des Scouts Notre Dame rejoignent ce mouvement, la Troupe Henri de La Rochejacquelein, plus grande troupe des Scouts Notre Dame se déclare indépendante mais continue à faire des activités avec les associations scoutes traditionnelles et restent très proche des Scouts et Guides Catholiques de France.

 

En 1983 a lieu le premier pèlerinage de Chartres de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X. Sur près de 1500 marcheurs, on verra de nombreux scouts dont les Scouts et Guides Catholiques de France. L'année suivante, c'est le même cas avec deux fois plus de marcheurs et la même proportion en scouts par rapport à l'année précédente. On remarque que beaucoup de membres de la Fédération des Scouts d'Europe hésitent à faire ce pèlerinage avec leurs beaussants, mais les supérieurs ne tiennent pas à être mal vu par les autorités de l'Église, c'est pourquoi ils ne le font pas.

 

Chartres.jpg

Les SGCdF au pèlerinage de Chartres

 

En 1984, la 7ème Paris est de nouveau dissoute par la Fédération des Scouts d'Europe car ils sont considérés entre autre, comme trop traditionalistes. C'est le début d'une crise difficile chez les Scout d'Europe avec les groupes qui veulent avoir la messe en latin. Cependant, on considèrera encore le mouvement comme très traditionaliste. Il ne reste au fur et à mesure plus que les troupes comme celle du Chesnay ou celle de Port Marly qui pourront avoir la messe tridentine. Elles font partie des premières troupes de la fédération, c'est pourquoi ils leur laissent un peu de recul, de peur que les autorités mal considérés ne plaisent pas aux chefs de groupes et que leurs unités correspondantes quittent cette fédération. La même année, les «Scouts et guides Saint Marie de Bourg la Reine» deviennent «l'association des Scouts et Guides de Bourg la Reine».

 

Pendant ce temps, vers 1985, les dernières unités des Scouts Notre Dame de France rejoignent les Scouts et Guides Catholiques de France. L'année suivante, le Père Révet, fondateur de l'Institut de la Sainte Croix de Riaumont, associé des Scouts Saint Georges et aumônier des Scouts et Guides Catholiques de France rend son âme à Dieu. Il est remplacé à Riaumont par le Père Argoua'ch.

 

L'association des Scouts et Guides de Bourg la Reine devient la Fédération Ordre Scout avec les Éclaireurs Chrétiens d'Europe qui viennent en partie de la Fédération des Scouts d'Europe. Ils rejoindront bientôt les Éclaireurs Neutres de France. Cette Fédération propose plusieurs moyens techniques aux groupes scouts traditionnels tel que des revues ou insignes, distribuées pour tous ceux qui le désirent.

 

En 1986, les dirigeants de l’Association des Europa Scout qui fait jusqu'alors partie des Scouts d'Europe abandonnent leurs fonctions au sein de celle-ci, mais gardent certains liens avec l'association et s'autorisent quelques conseils. L'année suivante, ils créent une nouvelle association qui portele nom d'Europa Scouts. Ce mouvement est en quelque sorte une réplique des Scouts et Guides Saint Louis de la région de Lyon mais au niveau national, et même européen. Ce n'est au début qu'une association très similaire aux Scouts d'Europe, à la seule différence que leurs troupes ont l'autorisation bien plus facile pour avoir la messe selon le rituel de Saint Pie V et une aumônerie traditionaliste. De leur côté, les Scouts et Guides Catholiques de France prennent encore plus d'ampleur et atteignent près de 2000 membres. On les remarque notamment au pèlerinage de Chartres de 1987 ou sur 12000 marcheurs, on compte plus de 2500 scouts dont une grande proportion qui vient de ce mouvement.

Partager cet article
Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 09:15

Nous sommes actuellement en train de faire des articles sur les différents mouvements scouts traditionnels.

Si certains d'entre vous veulent nous passer des photographies, qu'ils soient les bienvenus. En revanche, si certains d'entre vous ne veulent pas publier de photos sur ces articles, faites nous le parvenir par mail en bas.

 

scoutradi@live.fr

Partager cet article
Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:00

 

La prolifération des mouvements indépendants :

 

Au fur et à mesure du temps, les idées des Scouts de France vont s'éloigner de celles de leurs fondateurs. De plus en plus de groupes vont rejoindre d'autres associations déjà existantes et ils baissent toujours en effectifs. De leur côté, les Scouts Unitaires de France plaisent à de plus nombreuses troupes contrairement aux Scouts Saint Georges, par le fait de leur position vis à vis du Motu Proprio et d'une organisation bien adaptée au niveau national, sur la méthode des Scouts de France.

 

Pendant ce temps, le Concile Vatican II continue son chemin. Beaucoup de catholiques contestent ce concile, qui va à l'encontre de l'Église Romaine. Plusieurs de ces fidèles sont des scouts. La messe tridentine est mise de côté, et même si certains curés de village tentent de résister en gardant la messe traditionnelle, ils y ont beaucoup de mal. Cependant, une fraternité de jeunes prêtres avec Monseigneur Lefèbvre existe déjà en Suisse et s'implante de plus en plus en France. Des fidèles demandent de l'aide à cet Évêque pour garder la messe traditionnelle. Ils fondent leur propres paroisses et s'implantent non seulement partout en France mais aussi dans le monde.

 

Tel que le voulait le Père Sevin, les groupes scouts (une meute, une troupe, un clan) se rattachent, dans leur grande majorité, à une paroisse, parfois à une institution catholique. Certaines unités vont donc se constituer autour des paroisses de la nouvelle Fraternité Sacerdotale Saint Pie X. Un nombre important de celles-ci ne rejoignent aucune association existante, étant bien souvent non admises dans ces mouvements : l'aumônerie traditionnelle ne leur convient pas.

 

En 1972, trois groupes scouts du lyonnais et un groupe stéphanois se séparent de la Fédération des Scouts d'Europe, en raison de leur attachement à la messe traditionnelle et de leur refus de l'organisation centralisée des Scouts d'Europe. Celle-ci est très attachée à la Fraternité Saint Josephdans le Lyonnais. Ils créent les « Scouts et Guides Saint Louis ». Ils vont rapidement se diviser en trois groupes : un biffin, alpin et un marin.

 

saint-louis.jpg

promesse chez les Scouts et Guides Saint Louis


En 1973 et en 20 ans,les Scouts de France perdent plus de 40% de leurs effectifs, mais tous ne sont pas allés dans d'autres associations. Certains sont définitivement partis, et la relève est très diminuée. L'année suivante en 1974, la Fédération des Scouts d'Europe déclare près de 20000 membres. D'un autre côté, les Scouts Unitaires de France sont quelques milliers et les Scouts Saint Georges stagnent vers 1500 effectifs.

 

En 1975, la 17ème Paris de la Fédération des Scouts d'Europe se dédouble et crée la 7ème Paris. Ces derniers ont une aumônerie assurée par un curé disant encore la messe de Saint Pie V. Mais ils disparaissent pour se recréer 2 ans plus tard, à l'aide de la 23ème marine de Paris du même mouvement.

 

En 1976, le Père Morandi, figure du scoutisme traditionnel, récupère plus ou moins une troupe de la Fédération des Scouts d'Europe sur Bourg la Reine en région parisienne pour en créer une indépendante. Elle s'attache aux paroisses traditionnelles de la région et ne comprend que la branche masculine. Cependant, la Fédération des Scouts d'Europe ne cesse de croître et compte cette année environ 25000 membres.

 

En 1977, les chefs de la 7ème Paris de la Fédération des Scouts d'Europe sont contraints de quitter l'association. Depuis lors, la troupe hésite à rejoindre les Scouts Saint Georges mais pour certaines raisons ils s'y refusent et disparaissent pour finalement réintégrer le mouvement.

 

route-pele-chretiente-1992-copie-1.jpg

Les routiers de la 7ème Paris au pèlerinage de Chartres

 

En 1977, la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X grandit et récupère l’église Saint Nicolas du Chardonnet. On note la présence de Pierre Géraud, l'un des fondateur de la Fédération des Scouts d'Europe. Aussi, plusieurs marins de sa fédération la quitte et décident de créer une troupe marine sur Paris : les Cadets de France. Au début, ils seront très proches des Scouts Saint Georges. Pierre Géraud, de son côté, reste dans son mouvement.

 

La même année, c'est à la demande de Mgr Lefebvre, fondateur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, et à Clermont-Ferrand, que la nouvelle association des Scouts Notre Dame voit le jour. L'aumônerie des différentes unités sera assurée par les prêtre membres de cette fraternité ou des communautés amies. Ils se font connaître aussi sous le nom de Scouts et Guides Notre Dame de France. Leur insigne ressemble assez aux Scouts et Guides Saint Louis. Des troupes se montent à Nantes, Paris, mais ils vont être surtout constitués de guides et ne dépassent pas les 300 membres dans les années 80.

 

Pendant ce temps, plusieurs unités vont grossir les effectifs de la Fédération des Scouts d'Europe, qui admet, même si c'est difficilement, la messe selon le rite de Saint Pie V. C'est un cas qui s'avère plus facile lorsque les unités se montent aux Scouts Saint Georges ou aux Scouts Notre Dame. En revanche, l'organisation des Scouts Unitaires de France fait en sorte d'éviter les membres fidèlesà la messe de Saint Pie Vet de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X.

 

En 1979, quelques anciens chefs scouts de divers mouvements créent une nouvelle troupe en Aquitaine, rattachée au prieuré de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie Xet des autres paroisses traditionnelles. C'est la 1ère Bordeaux, Troupe Henri de La Rochejacquelein. Ils vont dès leur création, s'associer aux Scouts Notre Dame pour faire leurs activités et leurs formations.

 

Pendant ce temps, des chefs divers de scoutismes ralliés aux catholiques de tradition se rencontrent, notamment les cheftaines Monique Chantéreaux, Irène Rivièreet le commissaire Henri Montalbettiqui sont des Scouts Saint Georges. La même année, la 7ème Paris réintègre une fois de plus la Fédération des Scouts d'Europe.

Partager cet article
Repost0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 19:35

Réforme et crise des Scouts de France :

 

 

A la suite de la réforme de 1964 intervenue au sein des Scouts de France, plusieurs chefs, cheftaines et commissaires, quittent cette association pour rejoindre la Fédération des Scouts d'Europe créée en 1962. Parmi eux se trouvent Irène Rivière et le Père Revet, fondateur du village d'enfants de Riaumont et aumônier du groupe scout qui s'y rattache.

 

La volonté de créer un scoutisme traditionnel attire de nombreux scouts et en moins de 3 ans, la Fédération des Scouts d'Europe se voit déjà forte de 2000 membres. L'année suivante, ils sont plus de 2500. Cependant, à la vue de nombreux cadres, la proposition de Pierre Géraud, l'un des principaux fondateurs de cette fédération, il est d'une dimension très européenne. Aussi, la prise d'influence de ce dernier est de plus en plus croissante sur la fédération. C'est pourquoi plusieurs groupes préfèrent encore rester chez les Scouts de France, tout en essayant de passer outre les réformes, et garder la pédagogie unitaire. C'est ce que fait en partie, le Groupe Saint Louis de Paris mais c'est le même cas pour beaucoup d'autres dans toutes les provinces.

 

Mt_St_Michel_FSE_1966.jpgPèlerinage de la FSE au Mont Saint Michel en 1966 - Bénédiction du Père Revet

 

 

Aussi, chez les Scouts de France, la situation devient de plus en plus compliquée pour ces quelques groupes qui essayaient de rester fidèles aux traditions du scoutisme : remplacement des maîtrises, des aumôneries, suppressions discrètes de certaines troupes... Pour autant, leurs effectifs dégringolent, à Paris comme en province.

 

Quelques commissaires décident alors de se rassembler pour voir s'ils peuvent créer un mouvement semblable au scoutisme tel qu'ils l'ont vécu eux-même, loin des réformes décidées par les Scouts de France, et de la dimension européenne de la Fédération des Scouts d'Europe. Hubert Verley, Henri Montalbetti et Irène rivière décident de créer une nouvelle Fédération : les « Scouts Saint Georges ». L'association est fondée en 1968, au village de Riaumont et prend le nom du saint patron des scouts. C'est l'époque du Père Héret, grande figure du scoutisme traditionnel.

 

A ce moment, la 1ère Lens, anciennement Scouts de France puis de la Fédération des Scouts d'Europe avec le Père Héret rejoint les Scouts Saint Georges. De nombreuses troupes vont suivre le mouvement très rapidement et les effectifs croissent aussi rapidement que le début de la Fédération des Scouts d'Europe. Cependant, cette dernière à déjà 7 ans et elle double presque ses effectifs chaque année. C'est en 1965 qu'est créée la troupe de Port-Marly, 1ère troupe marine du mouvement, et en 1969 la première troupe du Chesnay au sein des Scouts d'Europe.

Pendant ce temps, et à l'exemple des Scouts Saint Georges, d'autres commissaires entreprennent des pourparlers avec la Fédération des Scouts d'Europe pour essayer de créer un mouvement commun, mais plus national.

 

sct2071.jpg

Un routier des Scouts Saint Georges

 

A la fin des années 60, suite au Concile Vatican II et à la mise en place d'un nouvel Ordo Missae, de nombreux fidèles sont troublés : certains veulent garder la tradition de l'Église et la messe selon Saint Pie V, et d'autres préfèrent suivre le nouvel Ordo mis en place. La confusion sur la messe saint Pie V ou certains disent qu'elle est interdite ou autorisée rend la situation encore plus compliquée. Il y a des répercussions à la Fédération des Scouts d'Europe ou certains préfèrent rejoindre le côté plus traditionaliste des Scouts Saint Georges.

 

Cependant, en Alsace, une troupe luthérienne de la Fédération des Scouts d'Europe et le Pasteur Rigal rejoignent la fédération des Scouts Saint Georges en 1970 : ils ne tiennent nullement à ajouter une dimension européenne au scoutisme qu'ils avaient connu tel que leur proposait Pierre Géraud.

 

Cette association se scinde alors en deux au début des années 1970 : une partie, le siège social suivant Irène Rivière, Louis Faurobertet Henri Montalbetti, et de l'autre, le quartier général. Ils utilisent cependant les même insignes et portent le même nom. L'insigne est dessiné lors de la réunion de fondation, le lys représentant le scoutisme, le chrisme (monogramme du Christ en grec, représenté par les lettres X et P entrelacées) commun aux catholiques et luthériens présents à l'origine du mouvement.

 

Voilà ce qu'écrivait le président des Éclaireurs Neutres de France :

 

"De nouveaux amis"

"Les modifications apportées dans la méthode scoute par les Associations du Scoutisme Français ont eu pour résultat la constitution d'un grand nombre de petites Associations chrétiennes autonomes. Celles-ci tout en appliquant le scoutisme de B.P. tiennent à vivre leur foi comme dans leur ancien Mouvement. Alors nous avons pris contact avec l'une d'entre elles, l'association des "Scouts et guides Saint Georges", nous avons décidé en commun de créer une fédération qui permettra ainsi l'union de tous, tout en préservant l'autonomie de chacune des Associations." (...) "Nous avons maintenant de nouveaux Amis, la Famille s'agrandit, souhaitons que la Fédération soit bénéfique pour chacune de nos Associations ainsi que pour la sauvegarde du scoutisme traditionnel dans notre Pays".

 

Le président est alors M. H. Verley, commissaire général, fondateur des Scouts Saint Georges et ancien directeur des magasins « la hutte ». Son vice-président est M. M. Lepage, président fondateur des Eclaireurs Neutres de France, et leur secrétaire M. H. Montalbetti, comité directeur des Scouts Saint Georges.

 

village-d-enfants-de-Riaumont.jpg

Les enfants du village de Riaumont, ou se trouve la 1ère Lens

 

 

En 1971, les statuts de l'Institut Sainte Croix de Riaumont sont approuvés par dom Jean Roy, abbé de Fontgombault et Mgr Jean Rupp, évêque de Monaco. Attachée aux règles traditionnelles de la vie religieuse et d'une liturgie plus que millénaire, l'Institut de la Sainte Croix de Riaumont se présente donc comme un Institut Religieux pour les scouts. Désormais, l'aumônerie de la 1ère Lens des Scouts Saint Georges sera assurée par cet Institut. C'est cette même année que naissent les Scouts et guides Saint Benoît. Cette association indépendante est à l'exemple des Scouts de Riaumont, fondée par un bénédictin qui désire faire pratiquer la même méthode de scoutisme que ceux de Riaumont. Cependant, ce groupe ne continue pas à avoir une aumônerie desservie par un prêtre célébrant la messe traditionnelle.


Depuis longtemps plusieurs chefs des Scouts de France essaient de garder la pédagogie unitaire au sein même du mouvement. Ces chefs qui ont tenu des pourparlers avec la Fédération des Scouts d'Europe n'arrivent pas à se mettre en accord avec eux : Pierre Géraud ne veut pas modifier les directives déjà prises pour sa fédération. Il n'imaginait pas changer le système déjà adopté par près de 8000 membres au sein de celle-ci. Aussi, voyant qu'ils ne peuvent pas modifier grand chose à la réforme déjà existante chez les Scouts de France, ils se tournent vers les Scouts Saint Georges. Mais ceux-ci rassemblent un grand nombre de groupes traditionalistes qui ne plait pas forcément à ces chefs qui préfèrent suivre le nouvel Ordo Missae. De même, le fait d'avoir séparé cette association en deux les rend sceptiques vis à vis de la bonne stabilité du mouvement. C'est pourquoi en 1971, ils vont créer les Scouts Unitaires de France.

 

Sans titre

Une promesse au groupe Saint Louis de Paris, plus tard devenu SUF

 

Les Scouts Unitaires de France sont environ 700 membres dès leur création et dont plus de 300 viennent du Groupe Saint Louis de Paris. Ce groupe est celui ou sont passées le plus de grandes figures légendaires du scoutisme. Il quittent les Scouts de France qui ont du mal à l'accepter. La réputation de ce groupe et leur scission attire l'attention de nombreux autres qui les rejoindront plus tard. A l'aube de l'année 1972, la Fédération des Scouts d'Europe atteint presque 10000 membres.

 

A la fin des années 1971, on peut ainsi différentier 3 mouvements issus de la réforme des Scouts de France :


En premier, la Fédération des Scouts d'Europe, qui se veut un mouvement européen. Il regroupe en majorité des groupes suivant le Motu Proprio et très peu de traditionalistes comme au Chesnay. Ils regroupent déjà près de 10000 membres.

En deuxième, les Scouts Saint Georges qui se veut un mouvement français. Ils regroupent en majorité des groupes à tendance traditionaliste et un peu moins de groupes qui suivent le nouveau Motu Proprio. Ils regroupent un peu moins de 1000 membres.

En troisième, les Scouts Unitaires de France qui qui se veulent un mouvement français. Ils regroupent quasiment que des groupes qui suivent le nouveau Motu Proprioet acceptent difficilement ceux qui suivent la tendance traditionaliste. Ils comptent dès le début près de 700 membres.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 21:25

Liste des diffétentes revues scoutes traditionnelles :

 

 

 

Scouts Saint Georges :

 

louvetisme :

« La patte du loup » depuis octobre 1969 jusque vers 1990. Continue chez les SGCdF

éclaireurs :

« Saint Georges » depuis octobre 1968 jusque vers 1990.

maîtrises :

« Eaux vives »depuis octobre 1968 jusqu'à février 1992.

 

 

Scouts et Guides Catholiques de France :

 

louvetisme :

« La patte du loup » puis « De notre mieux » depuis l'octobre 1987 jusqu'en 2004.

éclaireurs :

« Scout magazine » depuis octobre 1980 jusqu'à l'été 2004.

maîtrises :

« Sachem » à partir de janvier 1982 jusqu'en 2004.

 

 

Scouts de Doran :

 

louvetisme :

« Loup, Yaou! » depuis l'automne 2004.

éclaireurs :

« Prêt » à partir de l'automne 2004.

maîtrises :

« Bulletin de Liaison de Routiers et Guides-Aînées Catholiques » depuis 2004.

 

 

Europa Scouts :

 

éclaireurs :

« Europa-Scouts »

 

 

Scouts et Guides Saint Louis :

 

éclaireurs :

« Montjoie » depuis 1973-74.

Journal de troupe « Servir » depuis 2008.

 

 

Scouts Notre Dame :

 

éclaireurs :

« Montjoie! » depuis mai 1978.

 

 

Éclaireurs Neutres de France :

 

branche aînée :

« Servir » depuis 1986.

maîtrises :

« l'angon » à partir de 1954 puis « Angon » à partir de septembre 1997.

 

 

GHR :

 

THR :

« Troupe Henri de La Rochejacquelein » depuis 1981 puis continue avec le « Rembarre ».

Journal interne de troupe « Semper Parati » depuis 2009.

GHR :

« Rembarre » depuis 2000.

 

 

Scouts Godefroy de Bouillon :

 

éclaireurs :

« Kraal »

Journaux internes de troupes : « Coin d'pat », « Marrin Marrant » « Mousse épatant ».

 

 

Scouts de Riaumont :

 

« Citadelle de l'Espérance ».

 

 

FOS :

 

éclaireurs :

« Scout » depuis 1978 puis « Scout magazine » pour les SGCdF.

 

 

7ème Paris St Michel :

 

éclaireurs :

« birex »

 

 

D'après les archives du site de Riaumont.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 21:35

Vous pouvez voir des nouveaux insignes :

 

- 2ème et 1ère classe des Scout Saint Georges

- Bande de mouvement du "Scouts Catholiques de France"

 

          1+®re classe St Georges          seconde classe St Georges                              

 

bandes scouts Catholiques de France    

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 18:20

Chers visiteurs,

 

Voilà quelques modifications :

 

- Nous avons ajouté quelques images dans les différents albums et ajouté 2 autres (Le Scoutisme Catholique Français et la Fraternité Saint Joseph).

 

- Nous avons suprimé l'article sur le groupe Clovis qui concernait au fait le groupe d'une association.

 

- Nous avons modifié les textes sur les Scouts de Doran (SDD), Scouts Godefroy de Bouillon(SGdB), Groupe Henri de La Rochejacquelein (GHR), Fédération Ordre Scout FOS) et les Scouts et Guides Catholiques de France (SGCdF).

 

Bonne visite à tous!

FSS

Partager cet article
Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 18:18

Bonjour à tous,

 

Si certains d'entre vous ont des photos d'insignes des diverses associations, n'hésitez pas à m'en faire part à scoutradi@live.fr

 

Certains d'entre vous connaîtraient t-ils ces insignes ? Conaissez-vous ces mouvements?

 

Scouts-Catholique-Francais---Copie.jpg110211070401813109

 

Merci d'avance.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 21:18

linkDans cet article, nous vous proposons de compléter l'historique de ces différents groupes.

Une bonne partie est déjà complétée mais il y a encore beaucoup de doutes sur certaines dates.

 

Dans une première partie, nous traiterons les Scouts et Guides Catholiques de France. N'hésitez donc pas à chercher des renseignements autour de vous afin de compléter les conaissances sur ces différents groupes.

Nous verrons ensuite si nous pouvons voir les autres groupes scouts traditionnels (Europa Scout, Scout de doran...)

 

Vous êtes libres de donner des informations, cependant, nous vous conseillons de ne pas donner de noms.

 

Première liste des groupes Scouts et Guides Catholiques de France

 

Deuxième liste des Scouts et Guides Catholiques de France

 

Troisième liste des Scouts et Guides Catholiques de France

 

 

 Pour nous faire part des modifications, veuillez vous adresser à scoutradi@live.fr

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 13:55

Certains visiteurs nous on fait part de quelques modifications à faire sur des articles. Nous allons nous en occuper rapidement.

 

Bonne lecture

Partager cet article
Repost0